Notre mission au quotidien
pour un entrepreneuriat responsable

Réfléchir Expérimenter Se former S'engager Développer
Rejoindre le CJD

Présidence nationale du CJD 2018-2020 : Pierre Minodier et Catherine Vampouille seront à la tête du CJD France à partir du 1er juillet 2018

  • le 21 décembre 2017

Le 15 décembre 2017, les adhérents du CJD France ont élu à leur tête Pierre Minodier, en tant que président national 2018-2020. Pierre Minodier prendra ses fonctions officiellement le 1er juillet prochain pour un mandat de deux ans. Il dirigera l’association avec Catherine Vampouille également élue vice-présidente.
Âgé de 42 ans, Pierre Minodier est vice-président engineering et associé du groupe de télécommunications Arkadin, à Montpellier. Catherine Vampouille, 47 ans, est gérante de la société Stonekit, spécialisée dans la vente de gabions et basée dans le Doubs.
Leur élection consacre leur parcours de bénévoles engagés au sein de l’association et au service de ses adhérents. Anciens présidents des sections de Montpellier et de Nord-France-Comté, Pierre Minodier et Catherine Vampouille étaient tous deux présidents régionaux de 2015 à 2017, respectivement des régions Languedoc-Roussillon et Bourgogne-Franche-Comté.
En marge de cette élection, Olivier de Pembroke, président national en exercice a déclaré : « avec Olivier Michel, vice-président, l’action du CJD a été placée pendant deux ans sous le signe de la citoyenneté. Je suis heureux de passer la main à Pierre et Catherine : avec eux, notre mouvement restera l’acteur militant dont nous sommes fiers et ils sauront insuffler leurs sensibilités personnelles pour créer une nouvelle dynamique ».
Pierre Minodier souhaite particulièrement prolonger les réflexions du CJD sur la révolution digitale et les enjeux environnementaux : « les transformations du monde lancent des défis aux entrepreneurs qu’ils doivent assumer avec responsabilité pour en faire des opportunités », estime-t-il. Pour lui, « dans cette époque extraordinaire, où l’avenir de l’Homme et de la planète son véritablement en jeu, je rêve que les jeunes dirigeants d’entreprise soient des bâtisseurs : des bâtisseurs d’une économie plus agile, plus éthique et plus verte ».