Discours du Premier ministre au MEDEF : la transition écologique et sociale grande absente

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Le 26 aout 2020, le Premier ministre a prononcé un discours en ouverture de l’évènement estival du MEDEF. Le CJD salue l’engagement de l’Etat tout au long de la crise de la COVID-19, réaffirmé par les annonces sur le chômage partiel et la baisse des impôts pour les entreprises, mais regrette la mise au second plan de la transition écologique et sociale.


Comme l’affirme le gouvernement, chacun doit prendre ses responsabilités et, en tant que dirigeant·e·s d’entreprise, nous sommes prêts mais comment faire sans les règles d’application ? Le port du masque est un essentiel pour protéger nos collaborateurs et nos collaboratrices. Toutefois, dans de nombreuses entreprises, son port doit être adapté et assouplit. L’attente commence à se faire sentir chez nos membres. Il est bien difficile de prendre des décisions et d’anticiper la rentrée sans avoir le cadre réglementaire adéquat.


Les chefs d’entreprise du CJD, comme bon nombre de nos concitoyens, attendent une relance fondée sur la transition écologique et sociétale. Nous regrettons vivement l’absence de mesures concernant l’environnement. Nous entendons faire de la contrainte de la crise, une opportunité. Au CJD, les chefs d’entreprise continueront à s’engager dans une démarche positive de transition. Face à aux défis qui nous attendent, l’accent doit être mis sur la transition vers des filières stratégiques durables, une finance plus verte, un soutien auprès des territoires qui s’engagent et une dynamique d’achats publics responsables. Ce sont une partie des éléments qui nous permettront d’avancer vers un rebond de l’économie durable.


« Le Premier Ministre n’a pas parlé d’environnement. On est sur une démarche où l’environnement est considéré à posteriori, alors qu’il doit l’être à priori. Et les chefs d’entreprise sont dans cet état d’esprit. » Emeric Oudin, président du CJD.