Notre lettre ouverte – Passeport vert

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Le CJD est scandalisé par la proposition de “passeport vert” de la députée Valérie Six. Notre lettre ouverte #PasseportVert

Madame la députée Six,

Nous ne savons quels mots choisir pour vous dire à quel point nous sommes révoltés par cette proposition de « passeport vert » qui contrevient aux valeurs républicaines pour lesquelles nous nous battons au quotidien, notamment au sein de nos entreprises. Sans doute dictée par la peur, cette idée de conditionner l’accès aux lieux publics à une vaccination est non seulement abjecte mais elle est également totalement absurde.

Cette proposition est liberticide et discriminatoire. Les chefs et cheffes d’entreprise ont déjà de nombreuses responsabilités sur leurs épaules, voilà qu’on les transforme en police de la santé. Des restaurateurs ou des patrons de théâtre qui refuseraient l’entrée à des non vaccinés, qui peut imaginer cela ? Où se situe la limite ? Les vaccinations pour le grand public se feront au début de l’été en France. En plus de l’accès aux commerces, aux espaces culturels, aux bars, faudra-t-il aussi interdire les lieux de vacances aux personnes non vaccinées ? Nous sommes des entrepreneurs, pas des censeurs. Mettre en place un protocole sanitaire exigeant, oui. Bannir des clients pour une raison idéologique, non.

Et quid des salariés ? Si un restaurateur refuse l’accès à son établissement à des clients, il devra aussi le faire pour ses salariés non vaccinés. Que faire alors ? Licencier les salariés non vaccinés ? Ne pas embaucher ceux qui auraient refusé le vaccin ? Imposer la vaccination en entreprises ? Les conséquences sur les valeurs que nous défendons sont effrayantes. 

En tant qu’entrepreneurs engagés, nous prônons la solidarité, la confiance, la responsabilité. Faire des choix clairs et donner des directives intelligibles, c’est cela que nous attendons de notre gouvernement et de nos élus. Il nous semblait que la vaccination n’était pas obligatoire. N’ajoutez pas de la confusion à la peur, à la fatigue et au moral déclinant des français et des françaises. N’ajoutez pas ce rôle de gendarme à des entrepreneurs épuisés moralement et physiquement.

Madame Six, vous êtes députée de la République française, cette responsabilité vous honore et vous oblige. Nous espérons que vous reviendrez sur ces propos et enterrerez cette proposition. 

Nous vous le répétons, nous sommes des entrepreneurs. Nous nous sommes pliés aux directives et aux recommandations du gouvernement toute l’année 2020. Soyez certaine que nous préférerons fermer nos entreprises que d’appliquer ce que vous proposez.

Emeric Oudin et Julien Leclercq, président et vice-président du CJD France

Capture decran 2020 12 21 132334