Une association de dirigeants engagés pour l’économie, CJD 83 ans d’impacts ! (2/2)

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Le CJD est une association de dirigeantes et de dirigeants engagés qui plaide depuis 1938 pour « une économie au service de l’Homme ». Acteur engagé de la cité, au niveau local comme au niveau national, le CJD a la vocation de faire connaître ses idées pour influer sur le débat public.

Découvrez nos publications et prises de position de 1938 à 2018 ici

Découvrez nos publications et prises de position de 2019 à aujourd’hui :

2019 : Réforme de l’assurance-chômage

Le CJD a pris position pour la mise en place d’un bonus-malus appliqué aux entreprises pour pénaliser celles qui ont recours de manière injustifiée aux contrats courts, qui sont souvent synonymes de précarité.

Le CJD a également proposé que toute nouvelle embauche en CDI permette l’obtention, pour l’entreprise, d’un prêt bancaire sur simple demande et pour un montant correspondant au coût équivalent à une année d’indemnités de chômage.

Enfin, il a repris le dispositif conçu par lui quelques années auparavant d’un « Pack Unique d’Emploi à Durée Indéterminée), outil unique, simple, flexible pour être adaptable à toutes les situations, et dont les conditions de rupture sont connues de tous dès le début. Ce pack inclut une période de préavis évolutive, une anticipation du coût et des modalités de séparation, une conciliation obligatoire (avec avocat ou médiateur) en cas de séparation conflictuelle, une modulation de plus ou moins 20% du temps de travail et de la rémunération sur la base de 35 heures, des primes annuelles de résultat.

2019 : Réforme de la retraite

Le CJD réagit positivement à l’ambition du Gouvernement de tendre vers la mise en place d’un système universel par points qui est conforme à des prises de position pour « compte points retraites » déjà anciennes (2002 et 2007) du CJD.

Pour autant, le CJD n’estime pas que cette réponse unique suffirait et demande des compléments et correctifs nombreux. Par exemple, les points doivent pouvoir être accumulés aussi en dehors du travail stricto sensu afin de protéger des ruptures professionnelles ou encore de valoriser les engagements bénévoles. Ils doivent également pouvoir être mobilisés avant la retraite pour une année de formation ou de congé sabbatique par exemple.

Enfin, des correctifs sont impératifs comme la prise en compte de la pénibilité du travail : mesures de solidarité essentielles à ce qui est la finalité la protection sociale, et de la retraite en particulier : le bien-vivre ensemble.

2019 – Egalité Femmes/Hommes dans les entreprises

Auditionné par le Gouvernement en octobre 2019, le CJD a exprimé la nécessité de combattre les stéréotypes de genre au-delà de l’entreprise (l’entreprise a un rôle à jouer dans la réduction des inégalités femmes / hommes mais il s’agit 29 d’abord d’un problème de société plus large qui doit être adressé par les pouvoirs publics) et, au sein des entreprises, de sensibiliser et accompagner les collaboratrices (par du mentorat pour les cadres à haut potentiel, les formations au leadership…). Le congé parental est suggéré pour réduire les inégalités.

Printemps 2020 – Crise du COVID-19, la solidarité de nos dirigeants engagés en avant !

Après la sidération au sein de l’association, les deux premiers réflexes ont été ceux de la solidarité de nos dirigeants engagés pour tous les entrepreneurs de France et de la responsabilité des chefs d’entreprise envers leurs collaborateurs, fournisseurs, partenaires, clients et la société en général.

Partout sur le territoire, des initiatives ont fleuri. Individuelles ou en collectif, ces actions ont été celles de l’urgence pour aider les soignants démunis et non protégés sur le territoire (prêts de voitures, fabrication ou commande massive de masques, de blouses, de visières). Des entrepreneurs ont réadapté leur modèle, ont modifié leur production afin de répondre à des besoins nouveaux et ce, à la fois avec une rapidité impressionnante mais aussi avec innovation et agilité face à un environnement complexe.

Pour une relance respectueuse de l’environnement Soutien à l’amendement de Mathieu Orphelin avec le collectif NOUS SOMMES DEMAIN pour conditionner les aides aux grandes entreprises à des engagements concrets de transitions (non voté).

Les gestes barrières pour protéger l’économie

Gestes Barrieres Economie CJD 2020
  • J’honore mes factures #Solidarité #Loyauté
  • Je reporte plutôt qu’annule mes commandes #Solidarité
  • Je communique avec mes parties prenantes #Loyauté
  • J’utilise les aides de l’État de manière responsable / raisonnable #Responsabilité #Respect
  • Je privilégie d’acheter chez des TPE-PME près de chez moi

Les propositions d’après-crise

Environnement :

  • Imposer une conditionnalité écologique et sociale à l’octroi d’aides publiques aux grandes entreprises
  • Créer une « Cour de défense du bien commun »
  • Basculer vers une fiscalité environnementale ambitieuse
  • Prendre en compte les recommandations de la Convention Citoyenne pour le Climat Economie Repenser les marchés publics
  • Créer un mécanisme de revenu universel
  • Accorder une aide aux dirigeants et salariés qui ont fait acte de solidarité pendant la crise
  • Créer une Conférence nationale de l’Economie à Impact

Société :

  • Reconnaître pleinement le statut d’aidants actifs dans les entreprises
  • Faire de la parité femmes – hommes une réalité
  • Mettre en place des Fabriques de la Transition au niveau local
  • Instituer une « Journée citoyenne des entreprises »

Juillet 2020 : Réforme des marchés publics

Au CJD, nous considérons les marchés publics comme un formidable levier pour le développement d’une économie orientée vers la transition sociale, territoriale et environnementale.

Au lendemain d’une première phase de confinement qui a considérablement affaibli les tissus économiques locaux, creusé les inégalités sociales et remis en question nos habitudes de consommation au regard de l’impératif environnemental, nous avons formulé auprès des pouvoirs publics 8 recommandations pour des marchés publics responsables, avec pour objectif d’activer le levier de la commande publique pour redynamiser notre société et la rendre plus sobre et durable :

  • Systématiser le recours au critère environnemental dans l’attribution du marché en se fondant sur le coût du cycle de vie
  • Intégrer le critère du délai d’exécution dans l’attribution du marché, lorsque la localisation de l’entreprise est considérée comme une condition de la bonne exécution du marché
  • Favoriser dès que possible l’approche des « allotissements calibrés », par familles de produit 31 – Encourager la prise en compte des labellisations RSE au cours de l’appréciation des offres
  • Prendre en considération l’apprentissage parmi les clauses sociales introduites dans les marchés publics
  • Intégrer les dynamiques de formation continue dans les marchés publics
  • Publier la liste des entreprises condamnées pour discrimination pour rendre effective leur interdiction d’accès aux marchés publics
  • Insérer des conditions d’exécution liées à la promotion de la diversité en entreprise dans les marchés publics

Septembre 2020 : Simplification de l’environnement juridique des TPE-PME

Le ministre chargé des PME, Alain Griset, avait sollicité le CJD afin que nous lui soumettions des idées pour simplifier l’environnement juridique des TPE-PME et leur permettre de subsister à la crise économique actuelle. Après sollicitation des adhérents, nous lui avons transmis les idées suivantes :

  • Désigner un ou plusieurs délégués spéciaux aux PME dans les chambres consulaires pour orienter et accompagner efficacement les TPE-PME vers les dispositifs d’aide publique, parfois complexes et souvent difficilement lisibles
  • Réviser les conditions d’obtention des marchés publics, notamment en reportant les délais de réponse aux appels d’offres lancés au cours de l’année 2020 et en décrétant un moratoire sur le renouvellement des marchés publics arrivant à échéance d’ici fin décembre 2020
  • Accorder un rang de créancier privilégié aux TPE-PME, pour qu’en cas de défaillance de leurs clients et/ou fournisseurs, elles puissent recouvrer leurs créances rapidement et soulager ainsi leur trésorerie

Octobre 2020 – Le CJD s’engage pour la formation et l’employabilité des jeunes

Dans le cadre de son plan « Un jeune, une solution » dévoilé à l’été 2020, le gouvernement mettait à disposition des entreprises une prime pour favoriser le recrutement d’alternants. Le CJD a décidé de s’emparer de cette aide en lançant le projet « Un JD, un Alternant », destiné à impulser un recrutement massif d’alternants au sein de son réseau de chefs d’entreprise. Nous visions 1500 contrats ouverts sur tout le territoire. A la date du 30 octobre 2020, nous en avons ouverts 2044 et signés 1768 en moins de deux mois.

Derrière ces données comptables, le CJD a pu concrétiser et objectiver son engagement en faveur de la jeunesse en créant de l’emploi dans les territoires et en se montrant ainsi solidaire des nouvelles générations dans une période délicate sur le plan économique et sanitaire.

Surtout, derrière l’effet d’aubaine que constitue une prime pour l’alternance, cet engagement s’inscrit dans le long terme : pour 59% des JD interrogés, recruter en alternance c’est avant tout transmettre du savoir et des compétences à un futur collaborateur ou une future collaboratrice. L’engagement du CJD pour l’insertion professionnelle des jeunes a de beaux jours devant lui !